Délire

 

Coule le jour sur la terre

Coule la nuit sur le mystère

Coule le temps sur nous

Cool la vie avec toi, en toi.

 

Le tunnel d'or s'est teint

Pour l'espace de ton sourire

Ou le train frappe monnaie

A ton sourire, a ton visage.

 

Dans le silence de l'auto puce

Je me perd entre voiture et route

J'érre fantôme des lignes blanches

Esprit lumineux de lampadaire.

 

Dans le silence d'une toile de toi

J'dors, dans l'espace clos de tes bras

La soie caressante de ta chevelure

Pendante sur le dos de mon armure.

 

Je respire ton silence, délice de sueur

Alors je lève mon verre vide de sens

Aux nuits mortes de ne pas t'avoir connue

A l'espoir d'encore mouve avec toi.

 

Poisson aux écailles d'émeraude

Sois le diadème d'étoile de ma nuit

Forêt vierge de déchet humain

Laisse moi encore fouler ton sol.

 

Mais tel un cygne de Sibérie

Tu repars au cœur rouge de ta vie

Me laissant haletant dans l'espace

De la fin de semaine prochaine.

 

Alors je retrouverais ma richesse

Mes yeux, mes mains, mes jambes

Alors je te retrouverais auréolée d'amour

Mains tendues comme nos peaux sur nos os.

 

Philippe Brasseur

14-9-2014

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.