La nuit

 

La nuit arrive à grand pas.

Mais le sommeil ne veut pas

Comme un rideau tombé

Sur ma vie aux accords éthérés.

 

Dans un frisson ton sourire

Il entre dans mon âme souvenir

Je te revois avec à la main

Les labeurs de la terre, le pain.

 

Et à pleine dents tu le manges

Comme un enfant est un ange

Avec douceur presque volupté.

 

Et tes lèvres le redessine

Eveillant mon âme coquine

Dans des fantasmes biens nés.

 

15-10-2014

Philippe Brasseur

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.