Les Peignent

 

 

Les pianos peignent et dépeignent la nuit

Les gens s’attachent, les entachant d’ombre

Dans un miroir brisé reflet d’une cascade

Où coule note après notes des arpèges d’eau…

 

Sur le noir brille des étoiles de poussière

Une note montée trop haut dans sa gamme

Une larme effleure une touche de rien,

Un parfum effleure la nuit de son effluve

 

Les pianos peignent de leurs teintes mélodieuses

Une chevelure, reflet soleil sur une mer de nuit

Les pianos sont les notes de tes respirations

Dans un silence éblouissant de vérité….

 

Les pianos vont de lande en roseraie

Chercher les notes de ton sourire

Qui étoile des pensées dans l’obscurité

D’une lune aux couleurs de tes seins….

 

Les pianos courent sur mon cœur

Comme tes mains sur mon dos

Do note ultime qui enlace, délasse, prélasse.

Dos ronds dans une nuit de chat de gouttière

 

Les pianos courent le silence de tes mots

Paris, Québec, Alger, Budapest ou Madrid

De ton sourire je n’ai que l’image et les restes.

Que je mange goulûment dans une nuit de piano….

 

Philippe BRASSEUR

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.