Même

 

Même si le départ m'enchaîne

A la tristesse, aux souvenirs

Que mes pensées sont ces forces

Tounées vers toi dans mon écorce.

 

Même si la nuit j'ai froid de toi

Que je me perds lune en soit

Et si je te cherche des mains

A même dans la lueur du matin.

 

Ton sourire me déchaîne

Brise tout ce qui me gêne

Car en toi le feu crépite.

 

Tu es cette rivière d'or

Aux pensées nues dans l'aurore

Qui s'écoule en moi et m'habite !

 

29-09-2014

Philippe Brasseur

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.