La Poésie

 

 

La poésie ne souffre pas la demi mesure

Elle prend, envole, vole, rassure.

 

La poésie ne souffre pas le silence

Elle meurt musique dans l’absence.

 

La poésie ne souffre pas le demi mot

Elle coule, limpide, sang, sueur et eau.

 

La poésie ne souffre pas le non verbale

Car elle griffe, mord, devient brutale.

 

La poésie jouie dans l’adjectif synonyme

Dans les racines pleines des maximes.

 

La poésie rit, éclate dans la phrase

Avec la vie ainsi se mets en phase.

 

La poésie ? Elle se respire dans l’air

Orchestre de mots au mille concerts.

 

La poésie ? Elle aime, elle donne, elle reçois

Elle se touche, se caresse du bout de la voix.

 

La poésie est la nudité, frôlement de deux corps.

Le violon d’un tzigane dans le feu de l’aurore.

 

La poésie, enfant jouant dans une flaque d’eau

Poisson sautant par dix par cent hors du flot !

 

La poésie, ce sont deux lèvres la murmurant

Debout, couché entre chien et loup, rêvant !

 

La poésie ?

Elle est naissance de l’absolue,

Langue qui jamais mourut,

Songe antique,

Oh ! Jamais platonique,

Mythe des anges déchus

Aux mots jamais fourchus

Elle est douceur océane, rêve médiévale, lumière dans l’obscurité, savoir…

La poésie ?

Elle est….

Ce que vous créerez ou en ferez !

 

Philippe BRASSEUR

Mai 2007

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.