Perdu dans ses pensées

 

 

Rêverie d'un soir d'hiver,

Deux étoiles noires brillantes de mille feu

Toutes droites sorties d'un firmament d'or

De la présence au silence

Les pas de la réalité rattrapent

Les oiseaux tapis dans leur nid d'hiver

Les minutes deviennent des heures

Sur la carillon des peaux parfumées d'amour

Tic tac l'heure de sortir l'enfant de son silence

Et de voir le grand bateau de la vie

Sur le quai de ton sourire

Battement des voiles de tes cils

A l’unissons sous une pluie d'étoile d'hiver.

Il y a longtemps que le poète sommeil

Il s'est réveillé dans de beaux draps

Mouillés d'amour

Ils ont disparu dans une machine

Une machine à laver l'hiver pour le rendre blanc

Comme celui de nos rêves d'enfant perdu

Égaré sur le boulevard de la vie.

 

Philippe Brasseur

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×