Une Nuit à Granby

 

C'est une nuit

De blues guitare

froide de whisky

La glace elle...

N'est pas dans le verre

L'alcool réchauffe les veines

Mais pas la tête !

C'est une nuit de froid

Les gens rentrent

La face au sol

Gelé comme des pierres

Ils marchent vites

Et t'évitent dans la rue

C'est une nuit qui gel

Les lampadaires accrochés

A leur unique lumière

Les voitures fument

Leur pote en échappement

Le whisky brûle l'âme

Mais le coeur reste froid

Insensible à l'autre

Qui écoute ce blues

Ce blues qui gèle

Les lèvres et les voix

Personne ne te parle

Dans ton rétroviseur

Et Granby reste un Zoo

Gelé comme un lac

Sans chaleur humaine

Même le Mc Do à l'air

D'être figé dans le décor

Alors tu roules au blues

Blues de whisky

Wouais ! Pur malt !

La route te semble

Sombre comme les gens

Seule la lumière

Des maisons te rappellent

Qu'ici quelque part

Il y a dans le gel

Une vie bien réglée

Comme cette femme

Qui saigne sur ton ventre

Vide d’eunuque éduqué

Sang chaud devenant érectile

Vide éjaculatoire éphémère

Laissant la trace

De l’amour glacé

Sans image, sans demain

Finalement oui

C'est une nuit

De blues guitare

Le froid pleure

Ses glaçons de toits

La glace elle...

N'est pas dans le verre

L'alcool réchauffe le cul

Et te donne envie

Wouais juste envie

De te tirer de là

Vers le soleil

Les filles à la peau d'ambre

Que tu retrouves là

Dans ton verre

Tout au fond !

Alors tu recommande

Une autre bouteille

Histoire d'avoir

Seulement deux choses

Les filles brunes

Et le soleil qui te brûle

Le fond de la gorge

Comme un fer rougit

C'est une putain de nuit

De blues puant l'Amérique

Celle qui te sort par les tripes

Poudre… Tu te gèle cul à cul

Avec les étoiles qui décrochent

Des flèches d’acide nocturne

Wouais,  bien étrange nuit....

Allez la gagn, t'essaye de marcher

Jusqu’à la porte... Mais !

Le Dorman est gelé

Une vraie balle noire

C'est une nuit

Un point dans la gueule

T'oublie le whisky

La glace elle...

Est sur ta face

Dans l'air obscur d'une urgence

D'hôpital de nuit

Dans le silence d'un dortoir

Ou les néons gèlent l’air

C'est une nuit de glace

Où enfin tu t’endors

Vers le soleil

Et les filles à la peau d'ambre

 

Philippe Brasseur

27-02-2015

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.