Seul Et L'Autre

 

 

Je suis seul chez-toi
Tu es seul chez-toi
Un étage nous sépare
Un téléphone nous uni
La nuit, le malaise commence
Échange de jour
Et les étoiles sans toi
Fait qu'une fin de semaine
Je vais être sans toi
À t'attendre sans savoir
À être comme ce prisonnier
Que l'on doit libérer
Mais qui ne sait pas quand.
Fait que des photos passantes
Crée un malaise entre toi et moi
Et on ne peut en parler
Prisonnier d'une armure
Alors il reste juste par texto
Et le vase ce brise
Petit morceau tombant
Un à un sans faire de bruit
S'écroulant au milieu de la nuit.

Je suis seul chez-toi
Tu es seul chez-toi
Sourire complice dans le temps
Baiser volé entre deux portes
Te serrant contre moi
Et tu vas comme la mer
Tu te retires parfois loin
Si loin que mes yeux ne te voient
Si loin que tu n'entends ma voix
Tu es loin et proche comme cette mer.
Comme la mer là-bas au loin
Et le sable remplace ta fraicheur
Le sable remplace tes caresses
Le sable remplace ta saveur.

Alors seul chez-toi
Je me lève la bouche pleine de sable
Alors seul chez-toi
Tu te lèves radieuse
Comme un soleil de dimanche
Comme un ciel bleu d'été
Alors seul chez-toi
Je vais fumer pour faire partir
Le goût du sable qui me reste.
Puis ensemble, nous boirons un café
C'est étrange d'être proche
Mais ne pouvoir se parler
C'est étrange d'être proche
Mais ne pouvoir se toucher
C'est étrange d'être proche
Mais ne pouvoir se serrer
C'est étrange d'être proche étranger.

 

Philippe Brasseur

28-10-2014

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.